Photo André Fanelli



Photo de couverture Jocelyn Richez
Photo de couverture Jocelyn Richez


WEBZINE FEELING BLUES

CARREFOUR DES AMOUREUX DU BLUES DANS LE SUD

Bi-mestriel


N°9

mars / avril 2014

PAGE 1

SOMMAIRE

ÉDITO

ALBUMS À DÉCOUVRIR

CD À LA DÉDICACE



SOMMAIRE


PAGE 1

Édito

Albums à Découvrir & CD à la Dédicace


PAGE 2

Hommage à Éric"guitar"Davis


PAGE 3

Comptes-Rendus d'Événements


PAGE 4

Nostalgie


PAGE 5

Lucas'Blues Project


PAGE 6

Articles et Interviews


PAGE 7

Prochains Concerts Régionaux

Le Petit Gag du Mois

Les Petites Annonces des Lecteurs

Dernières Infos


PAGE 8

Dossier & interview : Mike Lecuyer


FEELING BLUES : www.feelingblues.com

Président d'honneur : Bruce Iglauer, Fondateur et Président du blues record label Alligator Records, Chicago. Il. USA.

Co-fondateur et Président : André Fanelli.

Co-fondateur, Rédacteur en chef & Webmestre : Jean-Louis Guinochet.

Contact :    feelingblues@orange.fr


ONT PARTICIPÉ À CE NUMÉRO

Joel Bizon - Didier Blaine - Sylvie Bosc (photos) - Jean-Louis Combet (photos) - Anne-Sophie Davoli (photos) - Fred Delforge - Patrick Denis (photos) -

Michel Desnos (photos) - Jean-Luc Dujon (photos) - André Fanelli - Michel Faton -

Catherine Foret - Jeanie François (photos) - Eléonore Grasso -

Jean-Louis Guinochet - Jean-Pierre Kaizer - Paul Kozma (Polo) -

Jean Michel (photos) - Jocelyn Richez - Jean Rocagel (photos) -

Alain Sugranes (photos) - Jean-Claude Uranga (photos) - Xav' Alberghini (Photos)


ÉDITO

 

Le numéro 9 de FEELING BLUES est plus copieux que d'habitude.

Huit pages grâce en partie à une actualité riche en événements mais également et surtout grâce aux nouveaux bénévoles qui nous ont rejoints.

 

A partir de 2014, un visuel de type "page de couverture" vous permettra, nous l'espérons, de mieux mémoriser chaque prochain numéro.

 

Pour 2014, FEELING BLUES est aussi très heureux d'avoir comme Président d'honneur Bruce Iglauer, un ami de longue date d'André Fanelli, qui a, avec enthousiasme, accepté de nous parrainer.

 

En complément des pages habituelles, nous avons le plaisir de vous offrir trois pages spéciales supplémentaires :

La première en Hommage à Éric"guitar"Davis, une grande perte.

La seconde au Lucas'Blues Project, un grand espoir pour la relève du blues en France.

La troisième à Mike Lécuyer, un personnage incontournable du blues français, aujourd'hui installé dans le sud.

 

Bien sûr toujours la page "Nostalgie" d'André Fanelli avec cette fois-ci une photo inédite de Robert Johnson et la première interview d'Eddy"The Chief"Clearwater.

 

Des articles et interviews de Donald Ray Johnson, du Sonograf', du Gas Blues Band, de la Blues Freeway et beaucoup d'autres choses encore...

 

Vous qui habitez dans le sud, vous l'avez compris, ce webzine "Carrefour des Amoureux du Blues dans le Sud" est fait pour vous mais aussi par vous.

N'hésitez pas à nous envoyer votre adresse mail pour intégrer notre fichier ou à nous rejoindre en tant que correspondants bénévoles dont nous manquons surtout dans le sud-ouest et le sud de Lyon.

 

La rédaction.

 

 

Cary Baker (fondateur de Blue Flame), André Fanelli et Bruce Iglauer* en 1972. Photo Nicole Fanelli. *Bruce Iglauer, Fondateur et Président du blues label record Alligator Records. Chicago. Illinois. USA.
Cary Baker (fondateur de Blue Flame), André Fanelli et Bruce Iglauer* en 1972. Photo Nicole Fanelli. *Bruce Iglauer, Fondateur et Président du blues label record Alligator Records. Chicago. Illinois. USA.


ALBUMS À DÉCOUVRIR


DENIS FLAICHEZ

WHITH THE RED HOT BLUES CARAVAN

THE THINGS I SHOULT

Devil's Jam Records / Sound Spirits Productions

 

Denis Flaichez Quéguiner : chant, harmonica, guitare* (11*)

Thibault Ripault : lead guitare

Tiffany Slim : bassse

Andy Martin : Batterie

Autoproduit par Denis Flaichez Quéguiner, sur les 13 titres de l'opus, 6 sont de Denis, chanteur-harmoniciste-auteur-compositeur basé dans le sud-ouest à Bayonne.

Les dix premieres pistes ont été enregistrées en live au Café concert Le Puits de Jour à Lauzerte (82), les trois dernières en studio.

De ce fait, l'enregistrement manque un peu de qualité mais c'est du live et l'énergie est au rendez-vous.

Denis Flaichez est bon en tout, les originaux qui sentent fortement son penchant pour le Chicago blues sont souvent au niveau des standards, la voix est grave, chaude et plutôt puissante, et comme ce gars là sait aussi admirablement bien se servir de son harmo, on se demande ce qu'il pourrait envier aux autres.

Il mène The Red Hot Blues Caravan d'une main de maître pour nous immerger dans le blues rapeux mais pas poussiéreux de Chicago.

 

Les arrangements sont pêchus et éléctriques. Les reprises, qu'ils interprètent avec respect, honnêteté et sincérité sont de Carey Bell, Rice Miller, Billy Emerson, Luther Johnson ou Billy Boy Arnold.

 

Denis Flaichez et son groupe mériteraient d'être un peu mieux connus.

 

Didier Blaine

 

 

Télécharger
Denis flaichez
06 Work Whith You.mp3
Fichier Audio MP3 [3.1 MB]
Télécharger

FRED BROUSSE & BLUES PARTY

SUNRISE

Goût Pile Prod. 2013

 

À cheval sur la frontière nord-sud, ce lyonnais qui a commencé sa carrière il y a une vingtaine d'année a parcouru la France, l'Europe ou les Etats Unis en compagnie des ses guitares et harmos pour acconpagner de très grands bluesmen en tournée. Ayant pu plusieurs fois l'apprécié sur scène, par exemple avec Maurice John Vaughn ou Donald Ray Johnson, je peux vous dire qu'il est toujours à son aise sur toutes sortes de blues tant sa virtuosité à la guitare ou à l'harmonica lui permet de se promener avec talent du Mississippi à Chicago avec escale à Memphis.

 

Il nous propose aujourd'hui un nouveau cd, Sunrise, accompagné de sa fidèle rythmique Blues Partie, Chouchoubass à la basse et Cédric SanJuan à la batterie.

 

Il en a composé la plupart des titres avec des inspirations et des influences qui reflètent bien le parcours de ce Blues-Boy-Globe-Trotter et les plages s'enchainent dans une ambiance live plutôt naturelle. Ils savent de quoi ils parlent.

Sur scène on s'était habitué à l'entendre chanter quelques blues dans la langue de Molière, mais là il y va carrément en adaptatant des titres comme "Toot Toot" (Rockin'Sidney) qui devient "Touche pas à mon Doudou".

Qu'on aime ou pas ce type de travail qui correspond bien à la personnalité de l'artiste, c'est de la bonne musique que ce petit monde exécute avec beaucoup d' enthousiasme et de bonheur.

Je les retrouverai très volontier en concert.

 

Jean-Louis guinochet

 

 

 

 

JOE LOUIS WALKER

HORNEST'S NEST

ALLIGATOR RECORDS. Enregistré à Nashville en 2014.


Hornet’s Nest 

All I Wanted To Do
 As The Sun Goes Down

Stick A Fork In Me
Don’t Let Go

Love Enough

Ramblin’ Soul

Ride On

Baby

Soul City

I’m Gonna Walk Outside
 Keep The Faith

Walker n'est certes pas un perdreau de l'année.

Après plus de 30 ans de carrière et de nombreux albums remarqués, il nous présente aujourd'hui un CD qui permet de mieux comprendre sa démarche musicale.
Le CD démarre en trombe avec un Hornet's Nest qui déploie l'artillerie lourde. Ecoutez donc la guitare glapir...
Mais indéniablement Joe Louis n'est pas qu'un guitar hero survolté c'est aussi un bluesman. Lorsqu'il le veut bien. ll lâche alors la bride et nous offre des moments magiques.
Un bel exemple de cette facette de cet artiste versatile (au sens américain)  I'm Gonna Walk Ouside une interprétation prenante de bout en bout, ancrée dans la tradition africaine-américaine la plus basique.
A lui seul ce morceau vaut l'acquisition de l'album.
Mais les autres plages ne manquent pas d'intérêt et nous rappellent que Joe Louis a musardé dans les styles les plus divers qui ont façonné le Rock et le Blues de ces dernières décennies. J'ai bien aimé Stick A Fork in Me qui groove tranquillement. Sur un bon tempo medium.
On trouve un peu de tout, de la soul de stricte obédience, des échos un peu british, il y en a pour tous les goûts.
Tout ça avec le soutien d'un groupe régulier, très efficace dont on devine l'expérience.
Un CD intéressant car il témoigne de la tendance actuelle à l'éclectisme. Ou à l'indécision dans un temps qui se tourne vers des produits hétérogènes et n'a guère d'appétit pour les nouritures trop épicées.
Ecoutez ce CD et comme dit l'autre, c'est vous qui voyez.
Quant à moi, I'm Gonna Walk suffit à mon bonheur.


André FANELLI

 

www.joelouiswalker.com

 

 

 

 

 

 

Quique GOMEZ, Luca GIORDANO

CHICAGO "311 STUDIOS" SESSIONS

GGREC001.

DEUX ARTISTES DU SUD DE L'EUROPE !


Voici le premier disque d'un concept gagnant, l'association de deux musiciens européens passionnés de Chicago Blues.

Un italien et un espagnol qui déclenchent ici une bourrasque de West side dans la cité des vents. 

Il est vrai que le bon Chicago old school, commence à se raréfier. En effet aujourd'hui, la plupart des artistes surfent sur le funk et la soul  dans l'air du temps! Et bien, Quique Gomez et Luca Giordano, pour le plus grand plaisir de mes oreilles, ne cèdent pas à cette mode passagère. Un peu sur les traces du A Living History de Larry Skoller, ou du Mississippi Wrecking Crew de Snooky Pryor, en un tantinet moins prestigieux, ces eux musiciens,  harmoniciste chanteur pour  l'un , et guitariste chanteur pour le second, s'entourent d'une équipe de légendes, pour nous batir ce bel ouvrage. Billy Branch, Eddie Clan Campbell, Jimmy Burns et Bob Stroger apportent leur touche  sur quelques plages. Ces musiciens Old school, sont la valeur ajouté , d'un  bouquet musical de haute tenue. Une section rythmique tenue par Harlan terson à la basse, Marty Binder à la batterie, qui n'a rien a envier aux Aces, complete le tableau. Ariyo se tient au piano. 

Ces gars là, ont officié soit derrière Albert Collins, Junior Wells pour l'un, Lonnie Brooks et Otis Rush pour l'autre. Quant au remarquable pianiste, il opère généralement dans Sons Of blues ou avec Billy Branch. Six compositions, plus six covers d'Eddie Taylor, Luther Johnson, Kelly Gordon et Eddie C Campbell. Un sourire béat sur la face, on se vautre dans ce jeu tension détente que l'on adore. La base rythmique est jouissive et saccadée, les plans d'harmonicas sont trainant et les guitares aux manches gorgées de sèves deviennent vite bavardes. Un chant empli d'émotion te tord le bide à en pleurer, et tout cela se répand  goulument  sur chaque  plage.

Ici en soixante deux minutes, la flamme du blues te dévores des orteils jusqu'à la racine des cheveux, et tu te prends un pied d'enfer! Ce  Chicago " 3011 Studios" Sessions, pondu par un jeune italien et un jeune espagnol, est un véritable diamant brut.

La jeune scène européenne reprend le témoin et on jubile.

A ranger entre The Aces et Jimmy Dawkins.

***** Le pied

 

Envoyé par Joel Bizon

BCR La Revue.

MIKE LÉCUYER

L'HEURE BLEUE

Bluesiac BL8710. 2013

Fidèle défenseur d’un blues en Français qu’il interprète depuis la seconde moitié des années 70, Mike Lécuyer est un des incontournables d’une scène pas toujours reconnue à sa juste valeur qui compte toutefois quelques adeptes qui suivent le baladin depuis ses débuts et qui l’ont accompagné de Montparnasse jusqu’à Montréal puis depuis quelques temps en Dordogne où le chanteur et guitariste se repose légitimement d’une vie passée à faire le journaliste, le graphiste, l’informaticien ou encore le manager de son propre label … Bien décidé à ne pas se laisser aller à couler des jours paisibles une canne à pêche à la main au bord d’une rivière, le récipiendaire du Keeping The Blues Alive dans la catégorie « International » en 2012 a réuni quelques-uns de ses amis et s’est offert un nouveau CD qui fait une fois encore la part belle à des textes qui se veulent tantôt drôles, tantôt lucides, tantôt tout simplement humains. Accompagné de Bernard Zuang, Matthieu Wanderscheid et Gérard Chaumarel aux guitares et de Jacques Gallissaires à l’harmonica, rejoint à l’occasion par le piano de Guillaume Petite, par les Harpsliders, par Roland Tchakounté et Mick Ravassat ou encore par son vieux copain Le Reverend, Mike Lécuyer nous offre une fois encore une collection de treize tranches de vie pleines d’anecdotes croustillantes mais aussi de galères du quotidien, pleines de bouteilles que l’on débouche ou que l’on décapsule, c’est selon l’humeur du moment, pleines de simplicité aussi puisque le but avoué de l’histoire est plus de se faire plaisir en essayant d’en faire profiter les autres que d’essayer de s’offrir une carrière sur le tard. Purement anecdotique, « L’heure bleue » nous promène d’une « Rock ‘N’ Roll Mojito Party » à un « Funky Blues 1977 » avec en cours de route un détour par les « Couleurs de l’âme » ou encore par un « Frankenstein Boogie » et avec à la clef quelques chansons de plus à inscrire à un répertoire qui s’en trouve du même coup quelque peu enrichi. A découvrir si possible un verre de (bon) vin à la main …

 

Fred Delfoge.

Zicazic.

Télécharger
Mike Lécuyer
12 La vie est une belle p....mp3
Fichier Audio MP3 [4.3 MB]
Télécharger

 www.bluesiac.com

 

 

 

 

 

TOMMY CASTRO

THE DEVIL YOU KNOW

Alligator Records

The Devil you Know

Second Mind

I'm Tired

Center of Attention

The Whale Swalowed Me

When I cross the Mississipi

Mojo Hannah

Two Steps Forward

She Wanted to Give It to Me

Keep On Smilin'

Medecine Woman

That's All I Got, Greedy



L'important est d'éviter les comparaisons inadéquates. J'ai écouté cet album publié » chez Alligator juste après avoir dégusté un vieux vinyl qui, autant que je m'en souvienne, était le second LP sorti par Bruce IGLAUER sur le label encore nouveau né.
Un monument d'ailleurs : Carey Bell et Walter Horton en duo avec des accompagnateurs de la classe d'Eddie Taylor...
En découvrant les différents morceaux du CD de Tommy Castro, je mesurais à quel point notre musique de prédilection avait évolué en quelques décennies.
Certains doutent qu'il s'agit encore de la même musique, du même langage.
C'est le blues d'aujourd'hui. Simplement.
Revenons à nos moutons.
The Devil you know qui donne son titre au CD est une réussite complète qui démontre que le mariage de l'esprit du blues et des sonorités plus actuelles peut s'avérer fécond. Belle interprétation tout à la fois lourde et swinguante à souhait.
Autre plage que j'aime : I'm tired qui bénéficie de la présence d'un invité de poids, Joe Bonamassa dont les fulgurances font maintenant partie du paysage musical du Blues Rock.
The Whale swallowed Me, composition de J.B.Lenoir est un petit joyau. Tempo chaloupé, slide acide et suave tout à la fois et la voix de Tasha Taylor par dessus tout ça. Un vrai plaisir.
Dès les premières notres du piano de Marcia Ball nous voilà transportés en Louisiane, le bayou n'est pas loin. Mojo Hannah est le remède idéal aux coups de pompe de fins de soirée, il vous fera bondir dans une danse effrénée même si la perspective de la journée qui s'annonce vous plombe et vous déprime.
Keep on Smilin' mériterait aussi quelques mots. Globalement séduisant cet album doit être écouté plusieurs fois. Au gré des passages successifs on apprécie davantage l'apport des nombreux invités et, c'est le principal, le jeu hargneux du chef qui s'éloigne parfois des canons du blues mais pour nous emmener sur des chemins qui valent le détour.
A découvrir...

 

André Fanelli

 

www.tommycastro.com

 

 

 

 

GAS BLUES BAND

TROUBLED WATERS

O'KISS Production

Gaspard Ossikian : guitare et chant

Yannick Urbani : batterie

Patrice Meyer : basse

Olivier Mas : guitare

Little Peter : guitare chorus sur Habanero Boogie

 

Avec Rollin'n Tumblin' pour démarer Troubled Waters, le Gas Blues Band, groupe héraultais, n'hésite pas à nous mettre immédiatement dans le bain des eaux troubles et boueuses, nous suggérant par là que Muddy Waters ne sera pas loin dans une bonne partie de l'album (Catfish Blues, Mannish Boy).

 

De très très belles reprises donc, mais aussi de bonnes compositions tout à fait à la hauteur des originaux revisités qui font au total dix plages interprétées avec inspiration et talent.

N'oublions pas que les gars du Gas Blus Band, emmené par Gas (Gaspard Ossikian) de sa voix rauque et chaude, sont tous très bons et que le dernier à avoir rejoint le groupe, Olivier Mas (Jersey Julie Band) n'est pas en reste avec ce qu'il sait faire de sa six cordes. Si la plupart du temps Yannick Urbani à la batterie et Patrice Meyer à la basse n'en font pas trop et gardent un groove implacable, ils savent eux aussi "envoyer" sans problème dès qu' il le faut.

Gas n'a plus qu'à prommener sa voix et sa guitare dans les ambiances et les univers qu'il s'est composé, un Love slave jazzy, un instrumental Habanero Boogie plutôt boogie avec un superbe chorus de Little Peter invité sur ce titre, un Paranoïa tendance Billy Gibbons, un Yonder Your Love funky et un Voyou blues rock..., mettant en évidence la richesse, le puissance ou la finesse de son jeu de guitare.

Côté Chicago blues j'aime particulièrement Gas dans l'interprétation vocal de Mannish Boy et son excellent chorus de guitare.

Il n'est pas étonnant qu'il soit devenu au fil du temps un très apprécié sideman des artistes d'outre-Atlantique.

 

Un superbe album.

(Voir aussi en page 6 l'interview de Gaspart Ossikian)

 

 

Jean-Louis guinochet

 

Télécharger
GAS BLUES BAND
PARANOïA
05 Piste 05.mp3
Fichier Audio MP3 [3.5 MB]
Télécharger

ALLEN TOUSSAINT

SONGBOOK

Rounder 0011661915428/Universal Music

 

Ayant fait l'impasse de cette chronique dans le précédent numéro de Feeling Blues, je reviens sur ma décision tant finalement l'écoute répétée de cet album (étant de surcois moi-même un peu pianiste) me procure de plaisir et d'émotion.

Et puis, comme l'enregistrement live date de 2009 pour ne resortir qu'aujourd'hui, il n'y avait pas vraiment urgence.

 

Bien sûr Allen Toussaint et son big band, depuis "Bright Mississippi" sorti il y a déjà cinq ans, m'avait laissé comme souvenir son penchant pour le jazz, mais là, seul devant son piano pour un concert intimiste où il reprend ses propres compositions, il présente avec élégance et pudeur une grande partie des morceaux qui, depuis environ cinquante ans, ont fait les beaux jours de la Nouvelle Orléans, sa ville natale, dont il est visiblement amoureux.

 

Son épais "songbook" contient des merveilles dont il toune les pages au gré de ses envies, avec quelques pépites qui ont fait le succès de grands interpètes : Benny Spellman "Lipstick traces", Ernie k.Doe "Mother in law, mais surtout Lee Dorsay "Coal mine", Yes we can", Get out my life woman"...

Pour lui je retiendrais "Souther nights" (son final de 13'), "St James Infirmary" (déjà dans son précédent opus) ou "Soul sister", dont l'univers musical ne peut que nous toucher.

 

Un magnifique enregistrement live où la voix reste sobre mais très présente devant un piano toujours expressif.

Un album d'exception !

 

jean-Louis guinochet

 

SHEBA

BUTTER ON MY ROLLS

Self-Produced. 2013.



Retour de Sheba  la reine du Mississippi, qui de Sunflower à Homestead, puis de New York à Miami, a roulé sa bosse dans la musique. Une expérience faste, mais souvent douloureuse, qui lui a permit, pas à pas, de gagner ses galons de grande chanteuse de blues.  Martha Booker (Son  nom à l'Etat civil) a du encaissée de nombreuses déceptions, tant musicales que sentimentales.

Tout comme Alberta Hunter, Victoria Spivey,  Ma Rainey ou Bessie Smith avant elle, la jeune Matha a du batailler et se former à l'école de la vie. Vie qui n'a pas été très tendre avec elle. Des champs de coton de Sunflower, à The Grove girl, en passant par New York avec The Swinguers ou avec le Sheba and The Rythm Kings, Martha a construit Sheba.  

La  nature l'avait doté d'un organe vocal magnifique, mais son travail, ses rencontres, même malheureuses, avec Freddie Nelson, Yosiah Israël ou Ken Minahan, lui ont permit de rodé sa voix de devenir  l'indestructible chanteuse de blues qui nous séduit ici. Toute sa maturité, tout son talent explosent en notes vibrantes et étincelantes sur ce Butter My Rolls.

En treize titres originaux, celle qui a débuté le chant à douze ans, nous gratifie d'une superbe voix lampée de soul. Bouillant et robuste, son chant pourrait se situer entre Etta James et Billie Holiday, l'influence majeure de Sheba. Bien sur, l'âme d'une Koko Taylor, et d'une Aretha Franklin plane sur ce petit bijou, envoyé cash et sans fioritures par cette bombe vocale! Un band de vétérans multi-instrumentistes, enrobe l'affaire de notes scintillantes qui groove. En effet, George Perry et Michael Gauthier tiennent successivement la basse, la batterie, les cuivres et le piano. Warren Thompson et Chuck Juntzman sont aux guitares.

Il en résulte un tsunami de Rythm and blues repeint au Delta du Mississippi, qui non seulement dévaste tout sur son passage, mais surtout nous convainc.

 

****

 

Envoyer par Joel Bizon

BCR La Revue


CD À LA DÉDICACE !

CES ARTISTES SERONT DANS LE SUD, EN CONCERT PRÈS DE CHEZ VOUS... ACHETEZ ET FAITES-VOUS DÉDICACER LEURS ALBUMS....

 

Voir le détail des programmes en page 7


GRANA' LOUISE (USA) sera le 7 mars à 21h00 au HALL BLUES CLUB

et 8 mars à 21h00 au MELROSE CAFÉ.

Image agrandissable
Image agrandissable

 

 

 

ALAIN LEADFOOT RIVET (FR) sera le 8 mars à 21h00 au SONOGRAF'

Image agrandissable
Image agrandissable

 

 

 

JOHN MAYALL sera le 9 mars à 19h00 à SECRET PLACE.

image agrandissable
image agrandissable

 

 

 

KING KING (UK) sera le 22 mars au SPRING BLUES FESTIVAL à Peymeinade (06).

Image agrandissable
Image agrandissable

 

 

 

VERONICA SBERGIA (IT) sera le 28 mars à 21h00 au HALL BLUES CLUB.

image agrandissable
image agrandissable

TORONZO CANNON (USA) sera le 28 mars à 21h00 au MELROSE CAFÉ.

image agrandissable
image agrandissable

 

 

 

DR PICKUP (USA.FR) sera le 29 mars à 21h00 au HALL BLUES CLUB.

image agrandissable
image agrandissable

 

 

 

TOM PRINCIPATO (USA) sera le 2 avril à 21h00 au SONOGRF'

image agrandissable
image agrandissable

 

 

 

TERRY "HARMONICA" BEAN (USA) sera le 24 avril au HALL BLUES CLUB

et le 26 avril au SONOGRAF'.